truand


truand

truand, ande [ tryɑ̃, ɑ̃d ] n.
XIVe; truant, truandeXIIe; du gaul. °trugant; cf. irland. truag « misérable »
1Vieilli Vagabond; mendiant professionnel. « La loi que vous [les bourgeois] faites aux truands, les truands vous la font » (Hugo).
2 N. m. (1906) Mod. Malfaiteur qui fait partie du milieu. bandit, gangster.

truand nom masculin Malfaiteur qui fait partie du milieu (gangster, souteneur, etc.). ● truand (synonymes) nom masculin Malfaiteur qui fait partie du milieu (gangster, souteneur, etc.).
Synonymes :
- malfrat (populaire)
truand, truande nom (gaulois trugant) Autrefois, vagabond, mendiant.

truand, ande
n. Personne qui tire ses ressources d'opérations illégales ou malhonnêtes.
n. m. Homme de la pègre.

⇒TRUAND, -ANDE, subst.
A. — 1. HIST. [Au Moy. Âge et sous l'Ancien Régime] Membre d'une communauté de voleurs, de mendiants professionnels. Synon. argotier (v. ce mot A). Roi des truands. Il faut que tu épouses une truande ou la corde. (...) holà! femmes, femelles, y a-t-il parmi vous, depuis la sorcière jusqu'à sa chatte, une ribaude qui veuille de ce ribaud? (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 110). Ce Willette, une tête moyenâgeuse, une tête de mauvais truand de la Cour des Miracles (GONCOURT, Journal, 1895, p. 734). V. aigrefin ex. 2.
Empl. adj. Propre à ce type de communauté, qui en fait partie. Nous devons dire à l'honneur de la discipline truande que les ordres de Clopin furent exécutés en silence et avec une admirable précision (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 469). Je ne sais quelle pouillasserie de ville du moyen âge, initiée aux bienfaits du suffrage universel, mais qui ne peut se défaire de son vieux fond truand (ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p. 650). V. cagou B ex. de Hugo, gueuserie ex. 1.
2. P. ext., pop., vieilli. Personne qui vit de mendicité. Synon. gueux, mendiant, mendigot (pop.), vagabond. C'est une grosse truande (Ac.). Le Louvre est encombré tout l'hiver par des bandes de truands qui assiègent les bouches de chaleur et donnent au Salon Carré l'aspect déplaisant d'un Asile de nuit (RÉAU, Archives, bibl., musées, 1909, p. 20).
B. — Subst. masc.
1. a) Homme du milieu, voleur, voyou. Truands du quartier. C'est l'écoute téléphonique d'un trafiquant qui, voici deux ans, a mis la puce à l'oreille du contrôleur général François Le Mouël (...). Le truand branché fait état de relations bien placées qui lui évitent de se laisser piéger (L'Express, 12 févr. 1982, p. 66, col. 2).
Au fém., rare. Avant d'être truande, j'ai été Guide de France (A. SARRAZIN, La Cavale, 1962, p. 313 ds ROB. 1985).
En compos. Selon lui [l'inspecteur Roux], le téléphone de Guy Simoné, ce policier-truand organisateur de l'assassinat de Jean de Broglie, était, avant le meurtre, tout comme celui de Bernard Andréle premier tueur pressenti par les assassins, sur table d'écoute (Le Nouvel Observateur, 19 juill. 1980, p. 30, col. 1). Le fusil, c'est celui qui devait permettre au truand-indicateur de police Serge Gehrling de tuer Pierre de Varga, considéré comme l'un des instigateurs de l'assassinat de Jean de Broglie (Le Nouvel Observateur, 3 oct. 1981, p. 52, col. 2).
b) P. ext. Personne sans scrupules qui abuse de la confiance ou de la naïveté d'autrui; en partic., commerçant malhonnête. Synon. arnaqueur, bandit (v. ce mot B), escroc. Comportement, mentalité de truand; être un vrai truand. Le vrai [chauffeur] truand considère l'arnaque comme étant l'armature du métier (...) De plus, notre truand met une brillante émulation à fronder la police (SIMONIN, J. BAZIN, Voilà taxi! 1935, p. 106).
2. Plais., fam. [Avec une nuance affectueuse ou admirative] Personne débrouillarde, qui sait profiter de la vie. Synon. bandit (v. ce mot C 2), chenapan, vaurien. Vous êtes de fameux truands tous les deux. À onze heures moins vingt, vous vous balladez [sic] encore en liquette et en calbard (FALLET, Banl. Sud-Est, 1947, p. 28).
Ce truand de + subst. ou nom propre. Et ce formidable truand de Philippe Bridau, avec son regard bleu d'acier « qui plombe les imbéciles » (COPPÉE, Vingt contes nouv., 1883, p. 47).
Prononc. et Orth.:[], fém. [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. a) Ca 1165 trüant, trüande « celui (celle) qui vagabonde, qui mendie » ([CHRÉTIEN DE TROYES], Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 575 et 648); ca 1250 trüant « homme de rien » (terme d'injure) (Doon de Mayence, éd. A. Pey, 6176); b) 1188 adj. « misérable, méprisable » (Florimont, 2613 ds T.-L.). D'un gaul. « mendiant, vagabond » que l'on restitue d'apr. l'irl. trôgán, dimin. de truag « malheureux », gall. tru (d'où aussi a. prov. truan « celui qui vagabonde, qui mendie » (XIIe-XIIIe s. ds RAYN. et LEVY Prov.), esp. truhán « bateleur », port. « id. »). Fréq. abs. littér.:111.
DÉR. 1. Truandaille, subst. fém. a) Pop., vieilli. Synon. de truanderie (v. ce mot A 2 a). Un ramassis qui ne compte pas, gens de métier, artisans ou truandaille (CENDRARS, Homme foudr., 1945, p. 241). P. ext., péj. Ramassis de gens méprisables ou considérés comme tels. Synon. canaille, racaille. Quelques gifles retentissantes, sur les faces de quelques gourmets d'étrons, n'expliquent pas assez l'unanime détestation de la truandaille (BLOY, Journal, 1893, p. 88). P. méton. Canaillerie, débauche grossière. V. godaille ex. de Barrès. b) Pop. Synon. de truanderie (v. ce mot B 1 b). La crise du logement, personne n'en souffre plus que la truandaille (...). Le fatal meublé le guette [le truand en fuite] (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 81). c) Littér. Caractère fourbe de quelqu'un. La lumière jette une sorte de pourpre sur la truandaille des hommes (SUARÈS, Voy. Condottière, t. 2, 1932, p. 35). []. Att. ds Ac. dep. 1694. 1re attest. XIIIe s. « gens qui mendient la plus vile populace » (La Riote du monde, ms. Berne 113, f° 201b ds GDF.); de truand, suff. -aille. 2. Truander, verbe. a) Empl. intrans. ) Vieilli. Vivre de mendicité; p. ext., se comporter en mendiant. Synon. gueuser. Aussi demandai-je au roi Louis de m'armer chevalier et de me donner une épée, car il ne m'était point séant de truander (ARNOUX, Abisag, 1919, p. 228). ) Fam. Enfreindre une règle, un usage; tricher. Soldat qui essaie toujours de truander pour échapper aux corvées. Élève qui truande en composition (Lar. Lang. fr.). b) Empl. trans., fam. ) Tromper quelqu'un en abusant de sa confiance ou de sa naïveté. Il nous a truandés avec ses boniments (Lexis 1975). ) En partic. Voler, escroquer. Se faire truander. Ce commerçant truande ses clients (ROB. 1985). [], (il) truande [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1re attest. ca 1165 « gueuser, vagabonder, mendier » ([CHRÉTIEN DE TROYES], Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 598); de truand, dés. -er.

truand, ande [tʀyɑ̃, ɑ̃d] n.
ÉTYM. XIVe; truant, XIIe; soit du gaul. trugant; cf. irlandais truag « misérable » (Bloch-Wartburg), soit du lat. médiéval trutanus, trutanus, de trudere « pousser », « le truand est un intrus » (Guiraud).
1 Vieilli. Vagabond misérable; mendiant professionnel. Clochard, mendiant, mendigot, vagabond.REM. Le mot, considéré comme bas et vieux à l'époque classique (Brunot, H. L. F., t. IV, p. 355), a été remis en usage par les romantiques (Hugo, Gautier). || Les truands de la Cour des Miracles vivaient de mendicité et de rapines (→ Oscillation, cit. 1). || Compagnon truand (→ Protester, cit. 2).
1 — (…) Chose toute simple, messieurs les honnêtes bourgeois ! comme vous traitez les nôtres chez vous, nous traitons les vôtres chez nous. La loi que vous faites aux truands, les truands vous la font (…)
— Je ne vois pas pourquoi (dit Gringoire), les poètes ne sont pas rangés parmi les truands. Vagabond, Æsopus le fut; mendiant, Homerus le fut; voleur, Mercurius l'était (…)
Hugo, Notre-Dame de Paris, II, VI.
2 Du truand au rôdeur, la race se maintient pure. Ils devinent les bourses dans les poches, ils flairent les montres dans les goussets.
Hugo, les Misérables, III, VII, IV.
Vx (comme t. d'injure équivalant à « vaurien »). || Ah ! truande… (Molière, Sganarelle, 9).
2 (1906, Esnault). Le plus souvent au masc. Homme du milieu (supra cit. 32), de la pègre, et, spécialt, voleur. || Un petit truand sans envergure. || Ce sont des truands. Gangster.
3 Dans la journée, il la surveillait étroitement, lui arrivant même de la suivre dans les rues de Montmartre. — Toujours à la biglouse (de bigler), quoi. C'est de la grosse nature de truand qu'admet pas qu'on ait des vouloirs de piquer dans son réséda (d'empiéter sur ses droits).
M. Aymé, le Passe-muraille, p. 19.
Rare au féminin :
4 Avant d'être truande, j'ai été Guide de France, mais j'avoue que, devant une occasion sûre, ma parole de girl-scoute aurait peut-être failli.
A. Sarrazin, la Cavale, p. 313.
Par anal. Personne peu scrupuleuse, aux moyens d'existence plus ou moins louches. || Avoir une mentalité de truand.Plais. (en parlant de qqn qui cherche à tromper, à voler). || Regardez-moi ce truand ! || Ce vendeur de voitures est un vrai truand !
DÉR. Truandaille, truander, truanderie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • truand — truand, ande (tru an, an d ) s. m. et f. 1°   Vaurien, vagabond qui mendie par fainéantise. •   Tais toi, truand, pied plat, cagou, bigot !, SCARR. D. Japh. d Arménie, III, 21. •   Ah ! truande, as tu bien le courage De m avoir fait cocu dans la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • truand — TRUAND, [truan]de. s. Caimand, qui gueuse. Cet homme est un truand. un vray truand. c est une grosse truande. Il est vieux & bas …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Truand — Tru and ( and), n. & a. See {Truant}. [Obs.] [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • truand — ou Truan, l Espagnol dit Truhand, pour un basteleur et un plaisanteur …   Thresor de la langue françoyse

  • TRUAND — ANDE. s. Vaurien, vagabond, qui mendie par fainéantise. Cet homme est un truand, un vrai truand. C est une grosse truande. Il est populaire et peu usité …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • truand — n.m. Gangster …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • TRUAND, ANDE — n. Celui, celle qui vagabonde, qui mendie par fainéantise. Cet homme est un truand, un vrai truand. C’est une grosse truande. Il est vieux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Le Bon, la Brute et le Truand — Données clés Titre original …   Wikipédia en Français

  • Le Bon, La Brute Et Le Truand — Titre original (it) Il Buono, Il Brutto, Il Cattivo (en) The Good, the Bad and t …   Wikipédia en Français

  • Le Bon, la brute et le truand — Titre original (it) Il Buono, Il Brutto, Il Cattivo (en) The Good, the Bad and t …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.